Méthodologie scientifique

Afin d’assurer le succès de la certification Fourchette bleue, il est nécessaire d’afficher une transparence au niveau de la méthodologie scientifique utilisée dans l’élaboration de la liste d’espèces.

D’abord, il est important de bien comprendre ce que signifie l’appellation « Fourchette bleue ». Pour qu’une espèce soit considérée Fourchette bleue, elle doit répondre à 4 critères de sélection. Toute espèce ne répondant pas à un ou l’autre de ces critères sera rejetée de la liste.

Les critères de sélection sont les suivants :

1) L’espèce est comestible

L’espèce est propre à la consommation par l’homme.

2) En quantité suffisante dans le Saint-Laurent

L’espèce ne doit pas avoir de désignation, quelle qu’elle soit et pour quelque population que ce soit suivant les désignations en vigueur pour le COSEPAC.
Le COSEPAC est le comité d’évaluation des espèces en péril au Canada. Il évalue et désigne chaque année les espèces sauvages susceptibles de disparaitre du Canada. L’espèce doit avoir un statut « non en péril » attribué par le COSEPAC pour remplir ce critère, et ce, pour toutes ses populations. En autres termes, une espèce ayant un statut « non en péril » pour la population du sud du Golfe, mais ayant un statut « d’espèce préoccupante » pour la population de l’estuaire ne pourra se retrouver sur la liste Fourchette bleue.

3) La technique de pêche est respectueuse des fonds marins

Les prises doivent être faites avec des engins conformes à la notion d’exploitation durable ou une proportion majoritaire des prises doit être faite avec des engins conformes à la notion d’exploitation durable.

Nous désignons par « engins conformes à la notion d’exploitation durable » les engins qui génèrent peu ou pas de perturbation de l’habitat que représentent les fonds marins de sorte que la pêche peut y être effectuée sur plusieurs années sans destruction de l’habitat. Les chaluts et les dragues ne sont pas considérés comme conformes à la notion d’exploitation durable, exception faite du chalut à crevettes nordique qui a été modifié afin de répondre au critère. En ce qui concerne les espèces pêchées à l’aide de différents engins de pêche, elles peuvent être considérées Fourchette bleue si la majorité des prises est effectuée par des engins conformes à la notion d’exploitation durable.

4) L’espèce a besoin d’un coup de pouce afin d’être mieux connue

Le niveau de commercialisation est évalué par le MAPAQ. Le niveau de valorisation commerciale est divisé en plusieurs catégories : nul, faible, en croissance, moyen et élevé. Pour qu’une espèce puisse être considérée Fourchette bleue, elle doit détenir un niveau de valorisation commerciale égal ou inférieur à « moyen ».

Il est à noter que les espèces qui sont issues de la mariculture peuvent être considérées Fourchette bleue. Ces espèces se retrouvent à la fin de la liste Fourchette bleue dans la section Les espèces issues de la mariculture. Les critères 2 et 3 ne sont pas applicables dans ces circonstances.

La liste Fourchette bleue est entièrement revue chaque année selon un processus rigoureux.

Pour établir la liste des espèces Fourchette bleue, les biologistes d’Exploramer déterminent d’abord l’inventaire des espèces comestibles du Saint-Laurent.

Dans un deuxième temps, une cueillette d’informations scientifiques et commerciales est effectuée auprès des chercheurs du ministère Pêches et Océans Canada (MPO) et des spécialistes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Par la suite, une première sélection est effectuée par un croisement de données mis en place par les biologistes d’Exploramer. Cette liste préliminaire est présentée à un comité d’experts socioscientifiques pour commentaires et revient à l’équipe d’Exploramer pour une ratification finale.